Na Holanda, o presidente do banco central faz um inesperado apelo pró-europeu
Set, 10, 2020
Um fundo de estímulo permanente para os Estados europeus em dificuldade e a anulação de parte da sua dívida, para lhes permitir reinvestir: durante uma conferência em Haia, terça-feira, 1 de Setembro, o Governador do Banco Nacional (DNB), Klaas Knot, surpreendeu e causou sensação. Porque estava a defender um ponto de vista em desacordo com a posição extremamente firme defendida em Julho em Bruxelas pelo primeiro-ministro Mark Rutte. Por: Jean-Pierre Stroobants; Fonte: Le Monde

 

Aux Pays-Bas, le président de la banque centrale livre un plaidoyer proeuropéen inattendu

Le banquier central Klaas Knot défend une vision en contradiction avec le premier ministre néerlandais Mark Rutte, l’un des leader des Etats européens « frugaux ».

Un fonds de relance permanent pour les Etats européens en difficulté et l’effacement d’une partie de leur dette, pour leur permettre de réinvestir : lors d’une conférence à La Haye, mardi 1er septembre, le gouverneur de la Banque nationale des Pays-Bas (DNB), Klaas Knot, a surpris et créé des remous. Parce qu’il défendait un point de vue en contradiction avec la position d’extrême fermeté défendue en juillet, à Bruxelles, par le premier ministre Mark Rutte.

Avec ses alliés « frugaux », le dirigeant libéral avait à l’époque forcé ses collègues européens à négocier pendant quatre-vingt-dix heures, n’acceptant qu’avec difficulté, en bout de ligne, le principe d’un endettement commun de 750 milliards. En échange d’une série de conditions, dont l’augmentation du rabais dont bénéficie son pays pour sa contribution au budget européen, lequel sera par ailleurs inférieur aux espoirs de la Commission et du Parlement. Pour témoigner de sa prudence – voire de sa défiance – le chef du gouvernement néerlandais avait refusé de parler d’un accord « historique », formule utilisée notamment par Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Une « restructuration », voire un effacement de la dette

M. Knot, lui, estime nécessaire d’aller plus loin que les décisions de juillet. Soulignant tout de même qu’il ne s’agit que d’une « option » et qu’elle est « complexe », il évoque une « restructuration », voire un effacement, de la dette des pays les plus endettés, dont la Grèce et l’Italie. « L’option est théorique, mais c’est sans doute la meilleure », affirme le dirigeant de la DNB.

Il évoque cependant certaines conditions : une analyse « dépolitisée » du problème au préalable, l’établissement d’un « pare-feu » pour éviter la contagion d’autres pays et la mise en place de réformes strictes. Même prudent, le propos fera réagir un pays qui, relève le quotidien De Volkskrant, cède volontiers à « l’hystérie » quand on lui parle de dette.

Por:hj Jean-Pierre Stroobants
Fonte: Le Monde, em 3 de Setembro de 2020
https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/09/03/aux-pays-bas-le-president-de-la-banque-centrale-livre-un-plaidoyer-proeuropeen-inattendu_6050872_3234.html

Pesquisa
eventos
DRCA - As eleições americanas e os impactos na economia (...)
Grémio Literário
Set, 28, 2020 00:00
Conferências e Debates
DRCA - Jantar Debate - 30/09/2020 - Plano de Dezenvolvim(...)
Hotel Sheraton de Lisboa
Set, 30, 2020 00:00
Jantar/Debate DRCA
Planetiers World Gathering
Meo Arena
Out, 21, 2020 00:00
Eventos em Parceria
publicidade
cadernoseconomia