O melhor amigo de Greta é a finança!
Jan, 19, 2020
Em Davos, para a 50ª edição do Fórum Económico Mundial, a ativista Greta Thunberg vai encontrar-se com Donald Trump, mas também com Larry Fink, chefe do fundo Blackrock (7.500 mil milhões de dólares em ativos investidos) para os quais "o risco climático tornou-se um risco financeiro". "Larry" também faz de "Greta", mas com argumentos surpreendentes e solavancos: "O risco climático tornou-se um risco financeiro." Por: Philippe Mabille; Fonte: La Tribune Ver também: Risco Climático é Risco de Investimento Como agentes fiduciários é nossa responsabilidade ajudar os clientes a navegarem nesta transição. A nossa convicção em matéria de investimento é de que a sustentabilidade, e as carteiras que integram o elemento climático, podem proporcionar retornos mais ajustados ao risco para os investidores. E com o impacto da sustentabilidade sobre o retorno dos investimentos a aumentar, acreditamos que investir de forma sustentável constitui a base fundamental na evolução das carteiras dos clientes. Por: Larry Fink; Fonte: Blackrock

 

La meilleure amie de Greta, c'est la finance !

L'an dernier, Greta Thunberg, militante écologiste suédoise de 16 ans, participait déjà au Forum économique mondial (WEF) à Davos, en Suisse (ici lors d'une table ronde entre François Villeroy de Galhau gouverneur de la banque centrale française, à gauche, et Willis Towers Watson, PDG de John J.Haley).

À Davos, pour la 50e édition du World Economic Forum, l'activiste Greta Thunberg croisera Donald Trump mais également Larry Fink, le patron du fonds Blackrock (7.500 milliards de dollars d'actifs investis) pour qui «¿le risque climatique est devenu un risque financier». Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Une cinquantaine de chefs d'État et de gouvernement se rendront du 21 au 24¿janvier à Davos pour la cinquantième édition du World Economic Forum. Deux vedettes se croiseront pour cet événement qui rassemblera plus de 2 .800 dirigeants du monde entier¿: le président américain Donald Trump, dont ce sera la seconde venue depuis son élection, l'année où il sollicitera un deuxième mandat ; et la jeune Greta Thunberg, qui fera elle aussi son second Davos pour dénoncer «¿l'inaction¿» des adultes au pouvoir face au réchauffement climatique. L'inaction ? La prise de conscience à laquelle a appelé l'égérie planétaire suédoise devant l'ONU, à New York, est pourtant bien là¿: dans sa traditionnelle enquête sur les risques mondiaux vus par les dirigeants, le Forum économique mondial révèle que les cinq premières préoccupations des 750 chefs d'entreprise interrogés sont toutes liées à l'environnement. Il ajoute que, à moins que les parties prenantes ne s'adaptent à «¿l'évolution du pouvoir politique de notre époque¿» et aux turbulences géopolitiques qui y sont liées - tout en se préparant pour l'avenir -, il sera bientôt trop tard pour relever certains des défis économiques, environnementaux et technologiques les plus pressants. Greta ne dira pas mieux.

Blackrock allié de Greta ?

Une autre vedette américaine, de la finance celle-là, fera comme chaque année le voyage dans la station chic des Alpes suisses, Laurence Fink, le patron du fonds Blackrock qui vient de faire parler de lui en France à propos de la réforme des retraites, mais dont les détracteurs feraient bien mieux de lire la prose. Dans sa lettre annuelle à ses clients, «¿Larry¿» fait lui aussi du «¿Greta¿», mais avec des arguments sonnants et trébuchants¿: «¿Le risque climatique est devenu un risque financier.¿»

De quoi faire changer d'avis le climatosceptique Trump sur l'urgence de revenir dans les clous de l'accord de Paris de 2015 sur le climat ?

En tout cas, le monde de la finance, dans lequel Blackrock pèse près de 7. 500 milliards de dollars d'actifs investis, ne fait plus l'autruche.

«¿Les entreprises, les investisseurs et les gouvernements doivent se préparer à une réallocation significative des capitaux dans un avenir proche, plus proche que la plupart des gens ne l'anticipent¿», écrit Larry Fink.

Des changements radicaux sont en germe¿: dès lors que l'investissement durable devient le principal levier d'action pour allouer ses actifs financiers, BlackRock s'engage à «¿liquider les investissements affichant un risque élevé en matière de durabilité¿», à commencer par le charbon thermique. Les outils permettant d'évaluer les risques en matière d'ESG (environnement, social et de gouvernance) sont de plus en plus élaborés et convaincants et commencent à apporter une transparence aux épargnants et aux investisseurs.

En s'associant avec le gestionnaire de fonds français Sycomore AM, La Tribune a décidé de participer à ce grand mouvement de plaques tectoniques qui secoue déjà la finance, en publiant son baromètre des entreprises les mieux ou les moins bien préparées à l'objectif de limiter le réchauffement à + 2 °C.

Ce tableau (que vous retrouverez dans le dossier de notre Hebdo n° 317, page¿7), permet de mesurer le chemin qui reste à parcourir par certains secteurs ou entreprises pour respecter les futurs critères d'investissement de la «¿finance neutre en carbone¿».

Soyons clairs¿: il ne s'agit pas ici de mettre en cause les efforts, parfois réels, des entreprises pour contribuer à sauver la planète, mais de souligner le risque, tout aussi réel, pour ces entreprises de disparaître, en perdant leurs financements, si elles s'en tiennent aux bonnes intentions ou au "greenwashing" ("écoblanchiment", en français)... Greta à Davos doit s'en convaincre¿: sa meilleure amie est la finance !

Por: Philippe Mabille
Fonte: La Tribune, em 17 de Janeiro de 2020
https://www.latribune.fr/opinions/editos/la-meilleure-amie-de-greta-c-est-la-finance-837354.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20200117


Ver também:

Risco Climático é Risco de Investimento
Como agentes fiduciários é nossa responsabilidade ajudar os clientes a navegarem nesta transição. A nossa convicção em matéria de investimento é de que a sustentabilidade, e as carteiras que integram o elemento climático, podem proporcionar retornos mais ajustados ao risco para os investidores. E com o impacto da sustentabilidade sobre o retorno dos investimentos a aumentar, acreditamos que investir de forma sustentável constitui a base fundamental na evolução das carteiras dos clientes (…)
Por: Larry Fink
Fonte: Blackrock
https://www.blackrock.com/pt/larry-fink-ceo-letter?siteEntryPassthrough=true&cid=ppc:CEOLetter:Google:responsive:PT:keyword&gclid=Cj0KCQiA04XxBRD5ARIsAGFygj_RlP2C61U62ip27QOzG3LjwJ6cMoKbxxrTWxztC0SP_TGEBy_0gqAaArfeEALw_wcB&gclsrc=aw.ds